Les jam sessions : l’âme de Respire Jazz

4 Jul 2015

Philippe Vincent, rédacteur à Jazz Magazine

Chaque soir après les concerts les jam sessions font vivre la musique jusqu’à tard dans la nuit, transformant le petit préau où est installé la buvette en véritable club de jazz à ciel ouvert. Lancées par un trio de base souvent formés de musiciens du CMDL, s’y succèdent musiciens amateurs de la région et jazzmen de renom qui viennent juste de jouer sur la scène principale. Ces moments uniques constituent des souvenirs inoubliables qu’emportent avec eux les spectateurs du festival. On se rappelle de Philip Catherine faisant swinguer sa guitare sous les étoiles ou d’Alain Jean-Marie n’arrivant plus à quitter le piano électrique qu’il s’était juré de ne pas toucher. Anne Paceo ne lâchant pas sa batterie jusqu’à quatre heures du matin, Francesco Bearzatti lançant son ténor à la poursuite de la voix de la chanteuse Camille Durant ou Léon Parker s’accaparant un tom du set de Tiss Rodriguez, autant de rencontres musicales intenses et mémorables qui font de ces jam sessions l’une des plus formidables singularités de Respire Jazz.

 

 

Dominique Pelletier, bénévole à Respire Jazz Festival

Véritable festival dans le festival "les jams".

Apres le dernier concert de la soirée sur la grande scène, à l'heure où habituellement dans les festivals les portes se ferment, le festival Respire Jazz ouvre la petite scène à coté du bar dans le parc. C'est là, que tous les musiciens présents font le boeuf jusqu'au bout de la nuit. Véritable club de jazz à ciel ouvert, les musiciens se livrent pleinement au fil de la nuit. Temps fort du festival, des moments magiques d'improvisation s’y déroulent, instants uniques de rencontre entre musiciens. Il y a la le fondement et les racines du Jazz, pour le plus grand bonheur des festivaliers présents .Le jazz respire aussi la nuit a plein poumons.

 

 

Please reload

Suivez nous
  • Blanc Icône Instagram
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Icône sociale

© 2015-2019 par Respire Jazz Festival.